Categories: Dossier Eco

L’Intelligence Artificielle au service du marché de demain

Published On: mars 2023
Partager

Mot de l’experte :

« L’Intelligence Artificielle (IA) occupe une place grandissante dans nos sociétés et il devient urgent de mener une réflexion stratégique sur comment accélérer l’adoption de l’Intelligence Artificielle au Maroc et en Afrique, afin de faire bénéficier les organisations et les entreprises marocaines de nos talents académiques et professionnels en IA. »

Prof. Maha Gmira, Directrice de l’École d’Ingénierie Digitale et d’Intelligence Artificielle, Université Euromed de Fès et Titulaire de la Chaire ICESCO (Organisation Islamique pour l’Education) Femmes en Sciences : IA et futur.

Qu’est-ce que l’Intelligence Artificielle ?

L’Intelligence Artificielle (IA) fait généralement référence à tout comportement comparable à celui de l’être humain présenté par une machine ou un système. Dans la forme la plus élémentaire de l’Intelligence Artificielle, les ordinateurs sont programmés pour « imiter » le comportement humain, en utilisant des algorithmes et des modèles mathématiques pour analyser des données complexes, apprendre et s’adapter à de nouveaux environnements et situations et enfin prendre des décisions en conséquence.

Elle vise ainsi à développer des systèmes informatiques capables de simuler certains processus cognitifs tels que la perception, l’apprentissage, la résolution de problèmes et la prise de décision. L’IA utilise des techniques telles que l’apprentissage automatique, la reconnaissance de formes, le traitement du langage et la vision par ordinateur pour permettre aux machines de réaliser des tâches qui nécessitent normalement l’intelligence humaine. L’IA est utilisée dans une grande variété d’applications, allant des

assistants vocaux et des Chatbots aux systèmes de conduite autonome, en passant par les systèmes de recommandation et de détection de fraudes.
Il est important de noter que l’IA est un domaine vaste, en plein essor et comptant différents types et niveaux. À titre d’exemple, l’IA faible ou étroite est conçue pour accomplir des tâches spécifiques et limitées qui nécessitent une supervision humaine continue. Tandis que l’IA forte vise à reproduire l’intelligence humaine de manière globale, cette dernière est généralement autonome et peut fonctionner de manière indépendante.

Usages actuels de l’Intelligence Artificielle

L’Intelligence Artificielle permet de simplifier des tâches complexes et répétitives, ce qui peut conduire à une amélioration de l’efficacité des processus et une réduction des coûts.

Aujourd’hui, elle est utilisée dans multiples secteurs, tels la santé, les transports, l’éducation, l’agriculture, la robotique, la finance, le marketing ou encore la cybersécurité:

L’Intelligence Artificielle dans l’économie mondiale

L’expansion de la pandémie de Covid-19 s’est accompagnée de l’accélération de la transition numérique et de la digitalisation à l’échelle mondiale, permettant à l’Intelligence Artificielle de se développer considérablement. En 2022, les revenus du marché de l’IA, comprenant les logiciels, le matériel et les services, ont enregistré une croissance de 19,6% par rapport aux années précédentes.

Selon le Grand View Research, le marché de l’IA aurait ainsi atteint un volume global de 136,55 milliards USD à la fin de l’année 2022. Selon la même source, la taille du marché devrait augmenter à un taux de croissance annuel moyen de 37% entre 2023 et 2030.

Selon le Forum Économique Mondial, près de 16.000 milliards USD seront ajoutés à l’économie mondiale d’ici 2030, grâce à l’Intelligence Artificielle.

Figure 1 : Marché global de l’Intelligence Artificielle en 2022

L’ Amérique du Nord a dominé le marché et a représenté plus de 36,8% des recettes mondiales en 2022. Cette contribution élevée est attribuable aux initiatives gouvernementales visant à encourager l’adoption de l’Intelligence Artificielle dans diverses industries. L’Asie-Pacifique devrait être le marché de l’Intelligence Artificielle à la croissance la plus rapide entre 2023 et 2030.

Figure 2 : Le marché de l’Intelligence Artificielle par région en 2022

Enjeux de l’Intelligence Artificielle

Réglementation actuelle

Les algorithmes d’Intelligence Artificielle, sous leurs différentes formes, font progressivement partie intégrante de notre vie quotidienne, ce qui ouvre le débat de la réglementation et pousse les États à établir des orientations permettant de réguler ses usages.

Le 23 novembre 2021, les 193 États membres de l’UNESCO ont adopté une recommandation sur l’éthique de l’Intelligence Artificielle, le tout premier instrument normatif mondial mis en place pour«protéger mais également promouvoir les droits humains et la dignité humaine, et constituera une boussole éthique et un socle normatif mondial permettant d’instaurer un solide respect de l’État de droit dans le monde numérique ». Cette recommandation appelle les États membres à promouvoir une approche responsable et inclusive de l’IA, en veillant à ce que cette technologie soit développée et utilisée de manière à respecter les droits humains, la diversité culturelle et la biodiversité. Elle met en avant six principes éthiques fondamentaux pour guider le développement de l’IA : la transparence, la responsabilité, la prévention des préjugés, la durabilité, l’accessibilité et la promotion du bien commun.

  • La transparence permet de rendre explicites les processus de décision de l’IA, de manière à garantir la responsabilité et à permettre aux utilisateurs de comprendre comment les décisions sont prises.
  • La responsabilité implique la mise en place des systèmes de reddition de comptes clairs et la garantie que les systèmes d’IA sont conformes aux normes éthiques.
  • La prévention des préjugés afin d’éviter les biais discriminatoires dans la conception et l’utilisation de l’IA.
  • La durabilité veille à ce que l’IA soit développée et utilisée de manière à respecter les limites de la planète et de ses ressources.
  • L’accessibilité permet à l’IA d’être accessible à tous, sans discrimination, et que les avantages de cette technologie soient répartis équitablement.
  • Enfin, la promotion du bien commun garantit à ce que l’IA soit utilisée pour résoudre les problèmes sociaux et environnementaux, pour améliorer la qualité de vie des personnes et promouvoir le développement durable.

Actuellement, il n’existe aucune réglementation officielle encadrant les technologies et les innovations de l’Intelligence Artificielle dans le monde. Toutefois, plusieurs Etats ont développé des réglementations relatives à la protection des données privées. L’Union Européenne a adopté en 2018 le RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) qui encadre le traitement des données à caractère personnel au sein de l’Union. Ce texte prévoit également la mise en place d’un DPO (Data Protection Officer) au sein des entreprises et administrations effectuant des évaluations des traitements de données personnelles afin de s’assurer que ces dernières respectent la législation en place.

Par ailleurs, la Commission Européenne élabore actuellement une loi sur l’encadrement et l’utilisation de l’IA, nommé le « Artificial Intelligence Act ». Cette réglementation a été approuvée par les États membres de l’Union Européenne en fin 2022 et devrait être mise en vigueur à partir du début de l’année 2024, devenant ainsi la première réglementation mondiale sur l’IA. Elle prévoit notamment de mettre en place un cadre de gouvernance au niveau de l’UE et de ses Etats membres à travers un « Comité européen de l’Intelligence Artificielle ». D’autre part, cette réglementation vise à garantir la sécurité et les droits fondamentaux des citoyens et entreprises tout en encourageant les investissements et l’innovation dans le domaine de l’IA au sein de l’Union.

Concernant le Maroc, une loi de la Commission Nationale de Contrôle de la Protection des Données à Caractère Personnel (CNDP) sur la protection des données personnelles a été adoptée en 2018, loi n° 09-19, pour modifier et compléter la loi n° 09-08 de 2009 relative à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel10. Cette loi, qui devrait s’appliquer également aux données stockées et traitées par des systèmes d’Intelligence Artificielle, énonce les principes de base de la protection des données personnelles, tels que la transparence, la loyauté, la pertinence et la sécurité des données, et prévoit des sanctions en cas de violation de ces principes.

Risques et défis

Bien qu’elle présente de nombreux avantages, l’utilisation de l’Intelligence Artificielle reste complexe, et ses mécanismes ne sont pas totalement connus ni compris. Impliquée profondément dans notre mode de vie et de travail, elle présente des défis dont la prise en compte est nécessaire.

Éthique et sécurité

L’IA soulève des questions éthiques et sécuritaires complexes, notamment en ce qui concerne la vie privée, la surveillance, la responsabilité et la transparence. Certains systèmes de surveillance biométrique à grande échelle présents sur les logiciels d’IA portent atteinte au droit à la vie privée et provoquent des violations de sécurité en collectant et traitant des données personnelles, telles que des informations personnelles ou des données commerciales confidentielles, sans consentement explicite. Ces algorithmes sont souvent basés sur de grands ensembles de données dont le traitement et la conservation peuvent enfreindre le droit à la protection des données personnelles.

Les algorithmes d’IA, étant programmés par des humains sont susceptibles de présenter des biais, et de ce fait discriminer des groupes de population.
Par ailleurs, l’utilisation de logiciels d’IA pour réaliser différents contenus sans citer de sources est considérée comme du plagiat. L’Intelligence Artificielle ne permet pas de générer de nouvelles données, elle sert plutôt à faciliter la recherche à travers la collecte d’informations préexistantes, notamment celles protégées par le droit d’auteur. De ce fait toute utilisation telle quelle du contenu final revient à exploiter les travaux d’autres personnes.

En l’absence de réglementation, l’IA est susceptible d’être utilisée à des fins malveillantes, telles que la manipulation de l’opinion publique, la publication de données privées et informations erronées (fake news).

Automatisation et emploi

L’Intelligence Artificielle et l’automatisation soulèvent des préoccupations quant à leur impact sur l’emploi. Certes, l’automatisation de certaines tâches est en mesure d’augmenter l’efficacité et la productivité et, de ce fait, entraîner des gains économiques. Cependant, cela peut également conduire à une réduction des emplois pour les travailleurs qui effectuent les dites tâches.

En outre, l’IA est en mesure de remplacer certains emplois hautement qualifiés, ce qui aura de lourdes conséquences sur les travailleurs qui peineront à défendre leur place sur le marché du travail. De plus, l’IA peut également transformer certaines industries et modifier les compétences nécessaires pour réussir dans celles-ci, créant ainsi de nouveaux défis pour les travailleurs.

Ainsi, les liens entre l’IA et le marché de l’emploi sont mitigés. Tandis qu’il est attendu que certains emplois disparaissent du fait de l’automatisation, de nouvelles compétences seront nécessaires, notamment dans la programmation, la maintenance et la gestion des systèmes d’IA. Le concept d’« upskilling », qui consiste à acquérir de nouvelles compétences ou à améliorer celles existantes pour rester pertinent, performant et pouvoir se repositionner sur le marché du travail, devient essentiel pour adapter les compétences humaines au développement des nouvelles technologies.

Selon le rapport de Dell et de l’Institut pour le Futur, 85% des emplois de 2030 n’existent pas encore en raison de la future omniprésence du numérique et de la robotisation. Bien que la robotisation puisse améliorer la productivité des entreprises, elle peut également menacer les emplois des salariés. Cependant, les auteurs du rapport soulignent que la révolution numérique peut offrir des avantages tels que la flexibilité des horaires et l’élimination des inégalités lors de l’embauche. Les scientifiques conseillent aux gens de se concentrer sur ce que les machines ne peuvent pas faire pour réussir dans le futur.

De ce fait, il est essentiel que les gouvernements, les entreprises et les institutions éducatives travaillent ensemble pour préparer les employés aux changements à venir et leur offrir des opportunités de formation et de reconversion professionnelle. En parallèle, il est important de mettre en place des politiques et des réglementations pour protéger les employés et leur garantir des conditions de travail équitables et sûres dans l’économie numérique.

État des lieux du déploiement de l’Intelligence Artificielle au Maroc

Contexte actuel

Face à l’essor de l’Intelligence Artificielle, qui s’insère graduellement dans les marchés économiques et industriels mondiaux, le Maroc a entamé récemment une action dans ce domaine qui doit encore s’accélérer et